Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 15:28

L’Observatoire Midi-Pyrénées vous annonce 2 conférences présentées par François R. Bouchet, Directeur de Recherche CNRS à l’Institut d’Astrophysique de Paris.

Deux rendez-vous possibles :

Dans le cadre d’un Grand Séminaire, "Derniers résultats de la mission Planck"
Le mardi 31 mai 2016 à 11h
Salle Coriolis de l’Observatoire Midi-Pyrénées,
14 avenue Edouard Belin 31400 Toulouse.

 

 

 

 

Dans le cadre d’une Soirée Scientifique,
"Mission Planck : l’histoire de l’Univers dévoilée"
le 31 mai 2016 à 20h Salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat 31000 Toulouse.

 

Résumé du Grand Séminaire :
Ébauchée en 1992, sélectionnée par l’ESA en 1996, lancée en 2009, la sonde spatiale Planck fut désactivée en 2013, à l’issue d’une collecte de données qui a dépassée toutes les attentes. La collaboration Planck a fourni un premier ensemble de données cosmologiques en mars 2013, et un ensemble complet en février 2015. Une des cartes produite montre des variations minuscules de la température du rayonnement fossile (CMB).autour de sa température moyenne de 2,725 K en fonction de la direction d’observation. Ces anisotropies du CMB caractérisées notamment par leur spectre de puissance angulaire révèlent l’empreinte des fluctuations primordiales qui déclenchent la croissance des grandes structures de l’Univers, transformées par leur évolution, en particulier pendant les 370 000 premières années. Ces anisotropies nous indiquent les valeurs possibles des paramètres des modèles lorsqu’ils sont confrontés à des données. Il en de même pour les anisotropies de polarisation. J’examinerai la nouvelle cosmologie révélée par Planck, relative au contenu de l’univers et aux caractéristiques des fluctuations primordiales, et situerait ces résultats dans le contexte général des connaissances en cosmologie (eg BICEP, ACT, SPT, BAO, WL...), en insistant sur quelques cas ou les resultats de Planck ont vraiment changé la donne.

Résumé de la Soirée :
La cosmologie a connu au cours du siècle passé un développement remarquable. Nous savons maintenant que la voie lactée et les autres galaxies ne sont pas distribuées au hasard dans le cosmos : leur distribution spatiale révèle le squelette d’une structure complexe de la distribution de la matière, similaire à celle de l’ossature d’une éponge ! Les scientifiques ont maintenant bien compris l’évolution de cette structure, depuis les premiers instants de l’Univers jusqu’à aujourd’hui. Un outil s’est révélé particulièrement puissant, celui de l’analyse de la lumière émise 380 000 ans après le Big Bang, fossile d’une époque chaude et dense et quasi-homogène, à laquelle on réfère communément sous l’appellation de « rayonnement de fond cosmologique ». Cette lumière résiduelle, accessible aux longueurs d’onde millimétriques, est un témoin privilégié des premiers instants de l’univers, quand fut initié la croissance de toutes les structures connues, des étoiles aux amas de galaxies. L’étude du rayonnement cosmologique permet notamment de déterminer le contenu de l’Univers, son taux d’expansion, d’en savoir plus sur la fin de l’âge sombre quand les premiers objets compacts se sont formés, et d’analyser les conditions physiques qui ont engendré cette évolution. Les résultats récents du satellite Planck confirment avec une précision inégalée des prédictions théoriques avancées au cours des années 1980 et permet plus généralement d’aborder expérimentalement la physique dans un domaine d’échelles d’espace, de temps, et d’énergie autrefois inaccessible. Après une brève description du dispositif expérimental, je présenterai quelques résultats clé pour notre compréhension de l’univers concernant en particulier sa géométrie spatiale et les caractéristiques des fluctuations quantique du vide primordial qui ont servi de germe initial pour la croissance des grandes structures de l’univers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Ciais