Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 17:12

L’Observatoire Midi-Pyrénées vous annonce 2 conférences présentées par Stéphane Jaillet, Ingénieur de recherche CNRS au laboratoire EDYTEM "Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne" Université de Savoie/CNRS.

Deux rendez-vous possibles :

Dans le cadre d’un Grand Séminaire, "La cartographie en grotte et l’apport des technologies 3D"
Le mardi 20 septembre 2016 à 11h Salle Coriolis de l’Observatoire Midi-Pyrénées,
14 avenue Edouard Belin 31400 Toulouse.

 

 

 

Dans le cadre d’une Soirée Scientifique,
"Ultima Patagonia : exploration géographique et spéléologique franco-chilienne dans les îles aux glaciers de marbre"
le 20 septembre 2016 à 20h Salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat 31000 Toulouse.
Elle est organisée par l’association Sciences Parlons-EN (SPE)

 

Résumé du Grand Séminaire :
Parcourir les grottes, les explorer et en rapporter une image, une représentation, un discours ou une carte, telle est ce qui donne existence aux mondes souterrains. Depuis plus de deux siècles, l’exploration des grottes a suscité la production de documents iconographiques variés visant à rendre compte de ces espaces : ici un croquis, là une carte précise, une aquarelle ou une représentation plus imagée. Au cours du XXème siècle, l’évolution des techniques permet d’affiner la qualité de ces documents, les choix sémiologiques se précisent, les légendes s’homogénéisent, les traitements infographiques se démocratisent, si bien qu’aujourd’hui la topographie de grotte, et sa publication, concrétise la réalisation d’une exploration, la compréhension d’une caverne.
Depuis peu, l’apparition des technologies lidar (laserscanning) permet de proposer des modèles texturés 3D à très haute définition renouvelant de manière assez spectaculaire l’image produite sur la caverne. Plus récemment encore les développements importants de la multi-corrélation d’images (photogrammétrie) donnent une densité inégalée aux relevés souterrains. C’est le modèle 3D « tel que construit », le clone numérique de grotte, la copie parfaite… Et pourtant… Du carnet topo sur le terrain à la réalité virtuelle sur écran, si la démarche reste la même, celle de produire une image la plus juste possible des mondes souterrains, n’est-ce pas aussi une image d’une très grande diversité orientée à dessein selon un choix, un objectif, une culture, une image donnée finalement par un regard ? Or il n’est pas de regard neutre et la représentation des grottes n’y échappe pas.

Résumé de la Soirée :
Par 50° de latitude sud, le karst de Patagonie, le plus austral de la planète, offre un paysage d’une rare exceptionnalité. Marqué par une forte empreinte glaciaire, par des variations du niveau de la mer, par une dissolution superficielle intense, le paysage et les cavités souterraines de l’archipel de Patagonie constituent un patrimoine naturel hors du commun. Depuis 20 ans, l’association Centre Terre, réunissant géomorphologues, géologues, biologistes, botanistes, archéologues, ethnologues et bien entendu spéléologues, y mène une série d’expéditions à vocation d’explorations et d’études scientifiques.
Dans des conditions climatiques extrêmes, ces expéditions ont permis de découvrir des morphologies incroyables, d’explorer les gouffres les plus importants du Chili et de découvrir des grottes ornées, témoignages du passage des indiens Kawésqar, les « nomades de la mer », qui parcouraient encore les canaux de Patagonie il y a moins d’un siècle. Pour toutes ces raisons, l’ile de Madre de Dios, la plus importante de ces îles aux glaciers de Marbre, a fait l’objet d’une première mesure de protection par le gouvernement chilien en 2008 et constitue maintenant une candidate pour une inscription au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
Conférence donnée en présence de Bernard Tourte, chef des expéditions Centre Terre et porteur du projet Ultima Patagonia 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Ciais