Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 16:41

Le CNRM et l'ENM sous le soleil, le 16 décembre 2016. © Ciais Christophe - Météo-FranceCe mois de décembre est marqué par un ensoleillement exceptionnel avec 140 heures de soleil, soit un bonus de 55 heures par rapport à la normale. Il se place au troisième rang des mois de décembre les plus ensoleillés, le record étant détenu par… décembre 2015 ! Sur le piémont pyrénéen, le cumul est encore plus impressionnant, avec 190 heures de soleil, soit la moyenne habituelle du mois de septembre !

La présence de conditions anticycloniques durables nous a permis de bénéficier de nombreuses journées ponctuées de belles plages ensoleillées, mais les brouillards ont été fréquents en plaine toulousaine et sur le Frontonnais : 22 jours avec des brouillards matinaux (record absolu tous mois confondus, précédent record : 19

Le CNRM et l'ENM sous le soleil, le 16 décembre 2016.
© Ciais Christophe - Météo-France

 

jours en 1971), alors que la moyenne de décembre n’est que de 7 jours. La visibilité la plus basse a été observée en fin de mois avec un brouillard glacial qui a recouvert les plaines pendant plusieurs jours.

Cet anticyclone quasi permanent est aussi la cause d’une sécheresse extrême, avec un total de seulement 5 litres d’eau par mètre carré en plaine toulousaine et simplement quelques flocons de neige en haute montagne, juste un peu avant Noël.

Quant aux températures, elles sont contrastées : légèrement inférieures à la normale pour les minimales, avec une moyenne de 2,7°C et 9 nuits gélives à Toulouse, mais en revanche très douces pour les maximales, avec une moyenne de 11,6°C, soit près de deux degrés au-dessus de la normale. Vers la fin du mois, le contraste était remarquable entre le froid humide de la plaine toulousaine et la douceur ensoleillée du Comminges, avec par exemple 19°C à Saint-Gaudens le 28 décembre !


L’année 2016 en Haute-Garonne : bien chaude
Avec une moyenne de 10°C pour les valeurs minimales et de 19,3°C pour les maximales, cette année 2016 est plus chaude que la normale de 0,8 degré. Elle se place au septième rang des années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1922. Pourtant, le printemps a été plutôt frais, ainsi que le début de l’été. Puis le beau temps et la chaleur ont dominé très largement aux mois d’août et septembre, et la douceur a persisté tout au long de l’automne.

Les précipitations de l’année 2016 sont faibles, avec un cumul de 577 litres par mètre carré à Toulouse, soit un déficit de 10%. Le déficit est plus marqué près des Pyrénées, de l’ordre de 20% dans la vallée de Luchon.

Pascal Boureau (Météo France 31)

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Ciais